Oubliée dans le train, une femme en fauteuil fait un détour de 1000 km

Un nouveau service de la SNCF :  La non-prise en charge payée.

L‘Alsace.Fr

samedi 12 août 2017
Le service "Accès plus" de la SNCF, auquel a souscrit Emmanuelle, permet aux personnes en situation de handicap d'être pris en charge gratuitement lorsqu'ils voyagent en train. Photo d'illustration AFP/MYCHELE DANIAU
Le service « Accès plus » de la SNCF, auquel a souscrit Emmanuelle, permet aux personnes en situation de handicap d’être pris en charge gratuitement lorsqu’ils voyagent en train. Photo d’illustration AFP/MYCHELE DANIAU

C’est une sacrée mésaventure que relate Emmanuelle Kristensen sur son blog. La jeune femme de 28 ans, en fauteuil roulant, devait voyager seule entre Vintimille (à la frontière italienne) et Grenoble (Isère).

Pour son voyage en train du 8 août, elle souscrit au service Accès plus de la SNCF: des agents doivent notamment l’aider à monter et descendre du train.

Mais dès sa correspondance à Avignon (Vaucluse), ça coince: aucun agent ne vient la chercher. Impossible pour Emmanuelle de descendre du train. D’autres voyageurs essaient de l’aider, cherchent des agents, mais les trois minutes d’arrêt en gare d’Avignon ne permettent pas à la jeune femme de descendre du train.

A Avignon, les agents l’attendent… dans le hall de la gare

La voilà partie… pour Paris. Un passager parvient à alerter les contrôleuses sur la situation d’Emmanuelle. « Elles sont immédiatement venues me voir et ont téléphoné à un service de Rennes. La première réaction de l’agent de Rennes en apprenant que les agents d’Avignon TGV m’avaient laissée dans le train a été «Encore !». On apprendra que les agents avignonnais m’attendaient dans le hall de la gare… », écrit-elle sur son blog.

« La SNCF m’a expliqué qu’ils pensaient que mon train partait d’Avignon, et non que j’étais en correspondance », explique Emmanuelle à LCI.

Arrivée à Paris, Emmanuelle n’a toujours pas d’agent pour s’occuper d’elle. « Une fois arrivée à Paris Gare de Lyon, un agent d’Accès Plus était présent mais pour la 2e voyageuse. Il n’était pas au courant de ma situation, les contrôleuses ne se sont pas montrées, c’est un passager qui lui a expliqué ma situation. J’ai bien été prise en charge par cet agent (un peu dépassé puisqu’il devait prendre en charge, seul, deux voyageuses en fauteuil) », raconte-t-elle encore.

« Journée exténuante et angoissante »

La SNCF lui trouve finalement un TGV pour Grenoble. « Je suis ainsi arrivée à Grenoble à 20h42 (sans même avoir vu la Tour Eiffel!) au lieu de 16h08 après une journée exténuante et angoissante », conclut-elle.

La doctorante en neuroscience a écrit jeudi à la SNCF pour relater sa mésaventure. « En général ce service fonctionne très bien, souligne-t-elle, mais quand ça bug, les conséquences sont énormes. »

Vendredi, elle a reçu un courrier d’excuses de la SNCF, détaille-t-elle au Dauphiné Libéré. « Mais il ne parlent pas d’un quelconque dédommagement… »

Du côté de la compagnie ferroviaire, on se borne pour le moment à dire que cette histoire est « tout à fait malheureuse ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s